Aller au contenu principal
Vous êtes sensibles aux enjeux sociétaux, vous recherchez la sécurité dans vos placements et de la transparence sur l’emploi de votre épargne ? Alors la finance solidaire est faite pour vous ! Pourquoi et comment investir dans votre territoire au service du bien commun ? Tour d’horizon des solutions.

L'épargne solidaire

L’épargne solidaire consiste à choisir de soutenir des projets à forte utilité sociale ou environnementale grâce à des placements financiers. C’est un moyen de financer des projets peu rentables et innovant socialement, mais rarement encouragés par les organismes bancaires traditionnels. Ainsi, l'épargne solidaire n'a pas pour but d'enrichir l'épargnant, mais de donner une utilité à son placement tout en gardant une rentabilité.[1]

Les produits d’épargne solidaire permettent de faire fructifier son argent tout en participant aux enjeux de notre société : lutte contre le chômage, le mal-logement, développement de l’agriculture biologique, des énergies renouvelables, de l’entrepreneuriat dans les pays du Sud et de l’Est, etc.[2]

L'association FINANSOL attribue le label de la Finance Solidaire aux produits financiers solidaires selon des critères de transparence et de solidarité. Elle distingue les produits d’investissement solidaire d’une part et les produits de partage d’autre part.

Il existe 3 portes d’entrée pour devenir épargnant solidaire :

  1. Épargner via sa banque ou sa mutuelle d’assurance
  2. Epargner via son entreprise (souscrire un PEE ou PERCOL)
  3. Souscrire directement au capital d’une entreprise solidaire et accompagner sa création et/ou son déploiement
 
 
  • Épargner via sa banque ou sa mutuelle d’assurance

- Souscrire un placement de partage (livret LDDS, OPC, compte à terme)

- Souscrire un placement d’investissement solidaire (FCP, SICAV, livret, assurance-vie…)

 

  • Epargner via son entreprise (souscrire un PEE ou PERCOL)

Placer tout ou partie de son épargne salariale (intéressement, abondement, participation…) sur un Fonds Commun de Placement d’Entreprise (FCPE) solidaire. Les sommes investies et les intérêts générés seront alors exonérés de leur impôt sur le revenu, dans les limites fixées par la loi (si la somme est bloquée au moins 5 ans).

Retrouvez plus de détail sur le site officiel du Service Public.

 

  • Souscrire directement au capital d’une entreprise solidaire et accompagner sa création et/ou son déploiement

- Souscrire un titre (action ou part sociale) d’une entreprise solidaire, le conserver pendant au moins 5 à 7 ans et ainsi bénéficier :

  • D’une réduction au titre de l’IR PME ESUS à hauteur de 18% du montant de leur souscription s’il s’agit d’une PME de moins de 10 ans. Et jusqu’à 25% au titre du taux dérogatoire sous réserve de publication d’un décret applicable pour les souscriptions de 2021.
  • D’une réduction d’impôt à hauteur de 25% au titre de l’IR SIEG du montant de leur souscription s’il s’agit d’une foncière solidaire sous mandat SIEG (Foncière Terre de Liens, Foncière Villages Vivants, Habitat et Humanisme, etc.).

Retrouvez plus de détail sur le site officiel du Service Public.

- Investir et accompagner sur son territoire la création ou le développement d’une petite ou moyenne entreprise à impact social positif (créer ou rejoindre un Club d’investisseurs citoyens : Les CIGALES : Clubs d’Investisseurs pour une Gestion Alternative et Locale de l’Épargne Solidaire).

 

- Faire un don avec ou sans contrepartie pour permettre le lancement d’un nouveau projet d’activités d’économie sociale et solidaire (cf. plateforme de crowdfunding solidaire spécialisées : Zeste par la Nef)

 

barometre finance solidaire.jpg

barometre finance solidaire.jpg

barometre finance-solidaire.jpg

Pour aller plus loin :